Située entre la Bretagne et la péninsule normande du Cotentin, la Baie du Mont-Saint-Michel est recensée parmi les plus belles baies du monde. Elle s’étend des falaises de Champeaux (côte est) jusqu’à la pointe du Grouin à Cancale (côte ouest), 23 kilomètres d’embouchure. La baie représente une superficie de 450km².
Ici l’architecture et la nature se conjuguent parfaitement.
Théâtre des plus grandes marées d’Europe, elle est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979.
Certaines années, le marnage (amplitude de marée) peut atteindre 15 mètres de hauteur d’eau.

L’Estran découvre ainsi sur plusieurs dizaines de kilomètres vers le large laissant pêcheurs, chasseurs, ornithologues, promeneurs ou pèlerins s’y aventurer le temps d’une marée.
Cette baie regorge de dangers, parmi eux les fameux sables mouvants. Loin d’être légendaires, bon nombre de personnes y sont restées piégées. C’est un phénomène naturel et physique qui consiste, via
des vibrations sur le sol, à transformer « La Tangue » (mélange sablo-vaseux) d’un état solide vers un état liquide. Après quelques entraînements, il est facile de s’en retirer…
Il est nécessaire de connaître ses horaires de marées, ou de prendre un guide professionnel et reconnu pour s’y aventurer. La baie n’est pas plate et uniforme. Bon nombre de personnes se sont retrouvées encerclées sur des bancs de sables et piégées par la marée.
Ici, la mer s’en va très loin mais remonte aussi très vite, à la vitesse légendaire du cheval au galop. (T.Gauthier)
La baie regorge de richesses et d’une faune unique et sensible à la fois.
Sur le plan cynégétique à l’approche de l’hiver, plus de 1500 espèces d’oiseaux différentes transitent à travers l’estuaire, revenant de leurs zones de nidifications dans les pays nordiques, pour rejoindre
la péninsule ibérique afin de passer l’hiver dans les pays chauds. La Baie joue un rôle indispensable pour leur migration, profitants du flux et du reflux des marées pour se reposer, se regrouper et s’alimenter sur l’Estran.

 

Parmi eux, les fameuses bernaches cravants qui par milliers viennent hiverner sur nos herbus de prés salés, les plus grands d’Europe (+ de 4000 Ha).
D’un point de vue halieutique, il n’est pas rare d’observer des mammifères marins (phoques gris et veaux marins) dans les cours d’eau, profitants du cycle des marées pour venir s’engraisser dans l’estuaire de poissons plats ou autres mulets…
Sans oublier le roi des Poissons, « Salmo Salar », le saumon atlantique 100% sauvage et migrateur lui aussi. La Baie a toujours connu de fortes populations de saumons, revenant de leurs zones
d’engraissement et après avoir mangé des crevettes en pagaille au large de Terreneuve, du Groënland ou des îles Féroé. Ils reviennent dans leurs fleuves natals pour s’y reproduire à leur tour.
La pêche du saumon était l’une des principales activités humaines de la Baie et une importante source de revenus jusqu’à sa fermeture définitive (fin du 20 ème siècle).
Au même titre que la pêche des coques (coquetières ou pieds-rouges) et la production de sel (les saulniers).

Tandis que les rochers de la baie du Mont-Saint-Michel (Tombelaine, le Mont-St-Michel et le Mont-Dol) sont apparus il y a 540 millions d’années suite aux nombreuses remontés magmatiques.
L’histoire humaine et religieuse de cette baie n’apparaîtra qu’au 8ème siècle.
En 708, l’évêque Aubert d’Avranches voit apparaître un songe, dans un profond sommeil : l’Archange Michel. Ce dernier lui apparaît et lui ordonne de construire un sanctuaire en son honneur là où
seront loués ses mérites, au sommet du Mont Tombe (ancien nom du Mont-Saint-Michel).
Cet oratoire, construit par les mains de l’évêque restera normand et deviendra un haut lieu de pèlerinage en Europe. Elle devient La baie des légendes.
Ces pèlerins portent le nom de Miquelots, descendants de Michel en latin Michaël (signifiant en hébreux : qui est comme dieu).

 

Ils traversent la baie depuis plus de 1300 ans et continuent de nos jours à suivre ces itinéraires pour confier leurs âmes au Saint des Saints… C’est l’ultime pardon.
Le Mont-Saint-Michel a traversé de nombreuses périodes et autres guerres.
Au Xème siècle sous Saint Benoît, les Bénédictins, grands architectes et bâtisseurs de l’époque agrandiront nettement le petit oratoire de l’évêque Aubert. C’est le début d’un chantier colossal
donnant naissance plus tard en une magnifique église abbatiale.
Au Millénaire, le Mont-Saint-Michel devient source de profits, les premiers hôteliers et restaurateurs s’installent dans le petit village Montois.

Dès le 13ème siècle, une autre splendide construction verra le jour, bâtie à flanc de falaise à même sur le granit avec ses deux grandes parties architecturales (gothique et romane) sur trois niveaux : La Merveille, (face ouest du mont) elle veille sur le mer, la mer-veille sur elle…
Le Mont-Saint-Michel, résistera de pied ferme lors de l’invasion Anglaise pendant la guerre de Cent ans (au 14 et 15ème siècle). Durant cette période, la garnison française est restée protégée par le chef de la milice céleste « L’Archange Michel » alors que toute la Normandie était aux mains des Anglais.
Non loin d’ici, le Rocher de Tombelaine, devient une grande forteresse Anglaise empêchant tout ravitaillement français depuis l’estuaire. La garnison Française puisera force et courage pour rester en vie jusqu’à leur victoire en 1450 (Bataille de Formigny).

À la Révolution française, l’Abbaye du Mont-Saint Michel deviendra « la Bastille des mers », une prison cruelle et effroyable où sont entassés près de 14000 prisonniers, parmi eux, de grands criminels ainsi que des prêtres réfractaires refusant de se soumettre à la nouvelle constitution. La
torture y était omniprésente.
A l’issue de cette triste et sombre période, le Mont-Saint-Michel a besoin d’être restauré, de nombreux architectes français viendront y travailler.

Après ces grands travaux de restaurations, le Monument devient vite touristique et populaire. Il devient même un centre d’intérêt économique pour certains restaurateurs, Comme Annette Poulard,
arrivée sur le Mont en tant que servante à la fin du 19ème siècle et aujourd’hui, figure emblématique du Mont.
De nos jours, le Mont-Saint-Michel est devenu le 1er site touristique de province en France, avec plus de 2.5 millions de visiteurs par an.

Deux grandes spécialités locales figurent dans la région, L’agneau de prés-salés pâturant des plantes halophiles sur les grèves (herbus de prés-salés) et les huîtres de Cancale, récemment classées au patrimoine immatériel de l’UNESCO.
Dans le cadre du rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel, un projet unique au monde a vu le jour en 2015, le résultat de 20 ans de travaux. La digue route qui reliait le Mont-Saint-Michel à la côte a été détruite pour y laisser un pont passerelle (laissant librement circuler le flux et reflux des marées). Les parkings sont dorénavant reculés du Mont-Saint-Michel, ainsi le site n’est pas dénaturé. Des navettes gratuites conduisent les visiteurs jusqu’au monument.

Effectivement, le Mont-Saint-Michel était condamné à perdre son insularité d’ici 2040, du fait de l’ensablement naturel de l’estuaire relatif aux cycles des marées. Sans cet immense projet, le Mont-Saint-Michel, se serait retrouvé à l’intérieur des terres (prés-salés) qui avancent sur la mer rapidement.
Depuis 2015, un barrage construit en amont sur le Couesnon à 1.5km du Mont-Saint-Michel propulse des lâchers d’eau deux fois par jour au rythme des marées. De ce courant artificiel et extrêmement puissant, les sédiments fins déposés par la marée sont transportés vers le large afin de préserver le caractère insulaire du Mont-Saint-Michel.

De Mars à Octobre, la Baie du Mont-Saint-Michel connaît une forte fréquentation de touristes venant traverser la baie tels des pèlerins du moyen-âge. Accompagnés d’un guide pour leur sécurité, ils traversent les fleuves côtiers de l’estuaire, comprennent l’histoire et découvrent les richesses de ce
patrimoine d’exception. Ils testeront également les célèbres sables mouvants et approcheront le Mont-Saint-Michel d’une manière extraordinaire.
Dans de nombreux contextes, groupes scolaires, associations, séminaires, individuels, etc…
En famille ou entre amis…
La Baie est, et restera un grand lieu de rencontres et de partage…
Bienvenue dans la Baie des légendes…
LUDOVIC COULON

Vous souhaitez davantage d’informations ou tout simplement
réserver un créneau horaire pour une prochaine traversée de la Baie du Mont-Saint-Michel ?
Contactez-moi ! Je vous répondrai dans les plus brefs délais.

Accueil

Qui suis-je

Conseils de guide

Calendrier et Réservation

Formules et Prix

Contact

Accueil

Qui suis-je /
Ma démarche

Conseils du guide

Calendrier et Réservation

Formules et Prix

Contact

CONTACT

CRÉDITS

Photographie : Jimmy Perrotte
Web design : LogOn Company
Création graphique : Arthur Lapierre
Référencement : MC Performances

Attestation de Compétences